Description du projet

Contexte : des forêts précieuses, à gérer « durablement »

Les forêts d’Afrique centrale constituent le deuxième plus grand massif mondial de forêts tropicales humides , abritant une grande diversité d’espèces végétales et animales, stockant d’énormes quantités de carbone et source d’importants revenus pour les populations locales. Comme la plupart des forêts tropicales, ces forêts sont confrontées à un accroissement des pressions anthropiques (exploitation du bois, conversion des terres, exploitation minière). L’exploitation pour le bois d’œuvre, en particulier, est accusée d’être à l’origine de la dégradation des forêts pour deux raisons [lire la suite... ]

Quantifier les processus de la dynamique forestière et comprendre leur variabilité

Déterminer dans quelle mesure la production de bois est durable nécessite d’utiliser des modèles de dynamique forestière permettant de simuler l’évolution du stock de bois en fonction de différents scénarios de prélèvement. De tels modèles nécessitent la quantification des processus pilotant la dynamique : croissance, mortalité, recrutement d’un aussi grand nombre que possible d’espèces. [lire la suite... ]

Utiliser des dispositifs adaptés

Les données collectées depuis maintenant 30 ans sur le dispositif de M’Baïki nous ont permis d’estimer la quantité d’information nécessaire au calcul des taux de reconstitution des stocks de bois exploitable en forêt avec une bonne précision ([8]). Ceci nous a conduit, sous l’égide de la COMIFAC, à proposer une méthode d’implantation de dispositifs de « deuxième génération » alliant parcelles permanentes de grande taille et sentiers de suivi. DynAfFor est le premier projet qui mettra en œuvre, à l’échelle régionale, ces nouveaux types de dispositifs. [lire la suite... ]

Cookies de suivi acceptés